120 ans de production d’utilitaires : un riche passé dont hérite l’Opel Combo | Média OPEL Belgique

120 ans de production d’utilitaires : un riche passé dont hérite l’Opel Combo

download-pdf
download-image
download-all
mer, 22/05/2019 - 15:00


  • Aujourd’hui : l’Opel Combo est « International Van of the Year 2019 »
  • Les débuts : dès 1899, un premier VU sur l’Opel Patentmotorwagen
  • Années folles : livraisons avec la « Système Darracq » 4 HP et les fourgons Blitz
  • L’après-guerre : des fourgonnettes appréciées, de l’Olympia à la Rekord
  • Le passé récent : les breaks surélevés arrivent en 1985 avec la Kadett Combo

 

Opel s’intéresse aujourd’hui de près au marché des utilitaires, mais c’est un domaine où en fait il a toujours été présent, et cela depuis les origines. Actuellement le constructeur mène une offensive produit majeure : l’Opel Combo à toit surélevé est une nouveauté totale, qui vient de se voir couronner du titre prestigieux de « International Van of the Year 2019 » dans sa version utilitaire Combo, tandis que son pendant en véhicule particulier Opel Combo Life se voyait élire « Best Buy Car of Europe 2019 » par le jury international AUTOBEST. La troisième génération de l’Opel Vivaro est également une grande nouveauté dans la gamme ; elle sera disponible en version purement électrique l’an prochain. Enfin, l’été verra l’arrivée du nouvel Opel Movano, offrant une sécurité de haut niveau, une connectivité complète avec de multiples déclinaisons.

L’impact de cette offensive sur le marché du VUL donne déjà des résultats : Opel a vendu presque 33.000 utilitaires légers (VUL) dans le monde au premier trimestre 2019, soit une hausse de 35% par rapport au 1er trimestre de l’an dernier. La part d’Opel sur le marché des véhicules neufs en Europe (E30) a ainsi grimpé de 0,6 point pour monter à 4,7%. Dans son plan stratégique PACE!, Opel s’est fixé pour objectif d’augmenter ses ventes d’utilitaires légers de 25% d’ici 2020. « La tendance générale est à la hausse pour notre activité VUL. Tous nos modèles affichent une demande plus élevée que l’an dernier, et nous avons augmenté nos parts de marché presque partout en Europe, » explique Xavier Duchemin, Managing Director Sales, Aftersales and Marketing.

Les Combo, Vivaro et Movano sont les dignes héritiers d’un long passé d’Opel dans le monde de l’utilitaire, émaillé de grandes réussites. Tout a commencé il y a 120 ans à Rüsselsheim avec la « Patentmotorwagen ».

Les débuts : le « Koloss » (géant) de Rüsselsheim

Fourgon, camion, fourgonnette : de nouveaux vocables pour une nouvelle ère. Avec l’avènement de l’automobile à la fin du XIXème siècle, l’intérêt se porte également sur les capacités de transport des véhicules et la fiabilité de leurs moteurs. Tout d’un coup, la santé et la puissance musculaire des chevaux n’ont plus à être prises en compte dans les activités de transport. A la place du foin pour les animaux, les pionniers de l’automobile achètent du pétrole en pharmacie. L’invention de la station-service est encore une réalité très lointaine quand les frères Opel construisent leurs premiers véhicules automobiles à Rüsselsheim en 1899. Mais immédiatement dès sa première année d’existence, la « Opel Patent MotorwagenSystem Lutzmann » sert de base pour faire « un camion de transport géant construit par la société Adam Opel pour une grande entreprise de vin ». Cette citation du journal local de Main-Spitze le 2 juillet 1899 est la seule preuve de la création de la première fourgonnette de livraison Opel. Ce qu’on appelle alors un « géant » serait aujourd’hui un utilitaire très léger– par rapport à nos poids lourds actuels de 40 tonnes. La première photo d’un utilitaire Opel date donc de 1901 et montre la Lutzmann dans sa version fourgon à bagages avec une carrosserie fermée – revendiquant 5 chevaux et une vitesse de 20 km/h.

Années folles : les carrioles deviennent des camions

Les premiers engins de transport sont rapidement suivis de fourgonnettes de livraison fonctionnelles. Avec la « système Darracq » (à partir de 1902), Opel a déjà trouvé la recette, encore en usage aujourd’hui : moteur à l’avant, boîte de vitesses, arbre de transmission et roues arrière motrices. Sur cette base, sont produits jusqu’aux années 1920 des véhicules à caisse fermée et des fourgonnettes portant déjà des publicités accrocheuses. Mais tous ces véhicules ne sont construits qu’à l’unité en fonction des demandes du client. En 1924, Opel devient le premier constructeur allemand à passer à la fabrication en série. Cet avènement de la modernisation est symbolisé par l’arrivée des modèles 4 HP de Rüsselsheim. Entre mai 1924 et juin 1931, Opel produit au total 119.484 unités de la légendaire « Laubfrosch » (Rainette). Et l’on peut considérer que le premier véritable véhicule utilitaire selon des concepts modernes est l’Opel « Dienstwagen » (camionnette) sortie en 1931. Ce fourgon tôlé disposant d’une capacité de chargement de 500 kg remporte un énorme succès dans sa catégorie et se taille une part de marché de 80%. Opel construit 22.000 unités de la « Dienstwagen » 23 HP. Mais la grande gloire des utilitaires d’avant-guerre revient à l’Opel Blitz « Eintonner » de 1934 – proposé en fourgon tôlé ou en châssis-cabine. C’est sur cet utilitaire qu’apparait pour la première fois le célèbre logo à l’éclair, let Blitz. La camion reçoit un moteur six cylindres en ligne qui va devenir inséparable de cette légendaire gamme d’utilitaires signés Opel.

Les 30 glorieuses : l’ère de l’Opel « Schnelllieferwagen » (livraison express)

La règle d’or pour faire marcher une entreprise est de pouvoir livrer ses clients aussi rapidement que possible. C’est exactement ce que rendent possibles l’Opel Olympia de 1950 et l’Olympia Rekord « Schnelllieferwagen » de 1953. Grâce à leur capacité de chargement, leur fiabilité et à leurs habitacles confortables, les fourgonnettes de livraison express – à l’instar de l’Opel Blitz des années 1950 – remportent un grand succès  au cours des trente glorieuses. A la même époque, l’Olympia Rekord sert de base à un nouveau genre d’automobiles qu’Opel baptise CarAVan (car and van, voiture et fourgonnette). Dans les années 1950, les lignes modernes et très élégantes de ces voitures à la carrosserie tout acier ont un caractère de modernité, de fonctionnalité et d’efficacité idéal pour assurer la promotion d’une entreprise. Leur forte capacité de chargement est aussi un atout, puisqu’elles peuvent accepter une charge utile de 515 kg.

Dans les années 1960, le partenaire idéal des artisans est l’Opel Rekord P2. « La fourgonnette de livraison change – pour vous servir » : voici ce que promet la publicité de la Rekord P2, qui conserve un vaste espace de chargement, de faibles coûts d’exploitation et une fiabilité proverbiale. La P2 reçoit deux moteurs puissants et extrêmement robustes, l’un de 1,5 litre et 50 ch, l’autre de 1,7 litre et 55 ch. Elle peut aussi s’équiper d’une innovation : une boîte trois vitesses semi-automatique appelée « Olymat ». Entre 1960 et 1963, 32.026 fourgonnettes de livraison express sont construites à Rüsselsheim.

Mais c’est l’Opel Rekord C Caravan de 1966 qui marque l’explosion du marché des breaks. Extérieurement, la Caravan se montre séduisante avec son dessin en forme de bouteille de Coke qui marque la ligne de vitrage. En matière de confort, l’essieu arrière à cinq bras assure un comportement très agréable. Et toute la modernité de la Rekord C est également disponible sur une fourgonnette de livraison tôlée.

Toit surélevé : l’avènement du Combo dans les années 1980

Dans les années 1980, Opel réalise que le concept d’une voiture gagnant du volume avec un toit surélevé, mais conservant des dimensions extérieures compactes, est la réponse idéale aux besoins des familles et des amateurs d’activités de plein-air : la Kadett Combo voit le jour en 1985. Ce premier Combo diffère des dérivés utilitaires par une hauteur de chargement qui gagne environ 25 cm. La cloison derrière les sièges de la Kadett Combo est un exemple qui démontre que la flexibilité est déjà une priorité absolue chez Opel : elle peut être équipée en option d’un filet de séparation ou même d’une trappe pour que la longueur de chargement puisse aller jusqu’au pare-brise.

En 1993, le Combo devient un modèle distinct. L’avant du Combo B est pratiquement identique à celui de la Corsa, mais l’empattement est allongé et la carrosserie reçoit un compartiment de chargement haut, en forme de boîte, offrant un volume de plus de 3.100 litres.

Une véritable « famille Combo » est lancée en 2001 avec le Combo Tour. Cette variante du Combo C reçoit des filets d’arrimage pratiques, des bacs de portières et des équipements bienvenus, comme des porte-gobelets intégrés. En partant d’une base de Tour, Opel développe même un prototype sportif pour les fans de compétition : le Combo « Eau Rouge », dont le nom fait référence au célèbre enchaînement de virages du circuit de Spa-Francorchamps (Belgique), est animé par le moteur de la Corsa GSi. Ce Combo « Eau Rouge » est l’une des attractions du Mondial de l’Automobile de Paris en 2002. En 2005, le Combo Tramp permet de prendre la clef des champs grâce à cette version équipée d’une protection de soubassement et d’une garde au sol rehaussée de 20 millimètres.

À partir de 2012, les clients du Combo D sont les premiers à pouvoir choisir entre deux longueurs. Le Combo est disponible en cinq places sur un empattement court ou long, dans des versions à toit normal ou surélevé, avec des portes coulissantes en série, des portes arrière battantes ou un hayon.

De jolis génies du quotidien : les nouveaux Opel Combo Life et Combo

La cinquième génération de l’Opel Combo, véhicule compact et multifonction, est lancée en 2018. Toujours innovant, il est proposé dans de nombreuses déclinaisons soit en véhicule particulier – Combo Life – soit en véhicule utilitaire léger – Combo. Les deux sont disponibles en versions standard M (4,40 mètres) ou longues XL (4,75 mètres). Quand il se présente sous la forme d‘un ludospace familial, il peut recevoir cinq ou sept places en conservant beaucoup d’espace, puisqu’il peut admettre jusqu’à 2 693 litres de bagages. Dans sa version utilitaire tôlée, il offre jusqu’à 4,4 m3 d’espace de chargement, de quoi loger deux palettes et peut transporter une charge utile pouvant atteindre 1.000 kg. Cette flexibilité extraordinaire est rendue possible par la plateforme inédite sur laquelle est basé le Combo, et sur une architecture recherchée. En outre, la version VUL sera bientôt disponible également en cabine allongée et avec girafon.

Grâce à la nouvelle approche adoptée pour son développement, la cinquième génération de Combo offre une richesse inégalée d’équipements et d’aides à la conduite de dernière génération, montés aussi bien sur les versions de tourisme que sur les versions utilitaires. Contrairement à ce qui se pratique d’habitude, le Combo a été développé dès le départ selon des critères purement automobiles – et non comme un véhicule utilitaire dont les fonctions seraient rajoutées a posteriori pour pouvoir aussi séduire une clientèle familiale. C’est pourquoi, sur le segment, il est le véhicule qui dispose du plus haut niveau de technologies au service du confort et de modernité. Tant les passagers du Combo Life que ceux du Combo bénéficient d’une multitude d’équipements et d’aides à la conduite, allant du régulateur de vitesse automatique à l’alerte anticollision avant avec détection de piétons et freinage automatique d’urgence, en passant par l’alerte de somnolence du conducteur, l’alerte de présence dans l’angle mort ou l’affichage tête haute. En outre, l’antipatinage adaptatif IntelliGrip et ses cinq modes de fonctionnement veille à ce que le Combo puisse sortir des sentiers battus pour aller pratiquer des activités de loisirs, ou accéder aux chantiers en présence de boue, de sable ou même de neige.

 

  • Contact :
  • Wim Verloy
    Wim Verloy
    Communications Manager
    Tel : -
    Mobile : +32 (0) 495 38 90 33
    wim.verloy@opel.com
  • Ron Dubois
    Ron Dubois
    Opel Belgium Communications
    Tel : +32 (0)3 450 63 64
    Mobile :
    ron.dubois@opel.com
Scroll